Verification: 19537b6b6a4ade3a page contents

Pour pallier à la crise de l’emploi et en réponse à différentes revendications du moment, le MEDEF, à travers ses 133 adhérents ont pu recueillir 43 solutions possibles afin de pallier à la situation. Actuellement, le projet le plus prometteur reste celui d’un prêt à taux zéro à accordé aux jeunes pour leur réinsertion professionnelle.

Les conditions d’octroi d’un prêt à taux zéro

Le Medef propose actuellement 3 programmes qui méritent une attention particulière, surtout pour les jeunes : « une réduction des participations sociales », « la décentralisation », et « le capital de départ » à accorder justement aux jeunes issus de familles en difficultés. Cet apport sera accord sous forme de prêt à ces jeunes, à l’instar du modèle anglo-saxon « Student Loans ».

Il s’agit d’un crédit affecté à la réinsertion professionnelle. Ce peut être dans le but de financer des études ou une formation professionnelle ou autre. Un jeune qui souhaite également se lancer dans l’auto entreprenariat ou financer un projet de déménagement dans le but de trouver plus facilement du travail peut tout autant profiter de cette offre. Mais pas seulement ! Ce même prêt pourra tout aussi être accordé dans le but de réaliser un investissement immobilier, à titre locatif, ou pas.

Les conditions d’octrois de ce capital ne prennent pas uniquement en compte les revenus des jeunes. C’est un contrat de prêt spécifique dont les délais de remboursement varient en fonction de la situation des emprunteurs. On préconise un remboursement unique lorsque ce dernier touche un salaire d’un montant fixé dès la signature de l’engagement.

Un programme intéressant, mais avec quelques revers

L’accompagnement des jeunes dans la réinsertion sociale semble être une bonne idée. Néanmoins, elle présente quelques inconvénients qui ne rassurent pas d’ailleurs l’Union Nationale. En effet, il s’agit d’un prêt qui engage les emprunteurs comme n’importe quel autre contrat de dette. Ce qui pourrait conduire à la longue à une situation financière beaucoup plus précaire qu’au départ. En outre, le contrat peut durer des années. D’autres organismes proposent à ces clients une nouvelle formule pour les crédits renouvelables, c’est la fameuse « CREDIT CARTE ZERO ». Pour plus de détails, vous pouvez voir cette page.

En tous les cas, le programme ne s’adresse pas unique aux jeunes en quête de carrière. Il peut aussi toucher ceux en mal de reconversion professionnelle. Le Medef pouvant les aider à payer les droits pour une formation professionnelle, et ce, même en dehors du CPF reformé. Cette pratique est valable depuis le 1er janvier 2019.